On en parle

On en parle
Le chant envoûtant des clarines De Lyon à Granier Double trouble

Chute libre

Le Pays Beaujolais

28 mai 2004

Roman

Stéphen Lamouille : « Chute libre »

Ecrire un roman, c’est mettre en route un chantier dont on ignore les obstacles, quels qu’ils soient, qui vont se dresser tout au long de sa réalisation jusqu’à son achèvement. L’inspecteur des travaux finis vérifiera l’œuvre, fera peut-être quelques réserves au niveau des choix des matériaux, peut-être aussi quelques critiques. Mais ce qui est fait est fait, et il fallait le faire. Peu importe la manière, c’est le résultat qui compte. On peut critiquer. On peut aussi parler. Parlons donc de « Chute libre », premier « chantier » de Stéphen Lamouille, auteur d’origine lyonnaise installé aujourd’hui dans un petit village du Beaujolais.

Tout commence par une partie de jambes en l’air dans la pure tradition des érotiques de De Villiers, entre un inconnu et Cornélia, splendide rouquine aux yeux verts, avide de liberté sexuelle mais cependant fidèle à Stanislas, Don Juan moderne ignorant qu’il en est un.

Roman policier ou roman d’amour ? L’auteur est plus l’aise dans le style « Collection Harlequin » que dans le style Série Noire à la Raymond Chadler ou à la Mickey Spillane. Un personnage principal en proie à un chagrin d’amour, hors du temps, dont toutes les filles sont amoureuses, un jeune flic étrangleur, une ferme, des villes : Lyon, Toulouse, Genève… Et des kiwis transgéniques empoisonnés. Le style est descriptif, à l’ancienne. « Elle se versa le somptueux breuvage aux couleurs de miel et de lumière dans les flûtes où il exprima tout son art (il s’agit de champagne). En musique grâce aux bulles délicates qui se mariaient harmonieusement au cristal ; en parfum de vigne et de cave où il avait dû patienter pendant des mois avant de pouvoir entrer en scène ; en arôme enfin, sous le palais préparé par les autres sens déjà mis en éveil, et où il se révéla tout en sensualité. »

Les personnages de Stéphen Lamouille dialoguent en prose trop correcte. En bonne prose, comme l’auteur sait l’écrire. De nombreuses descriptions style Kessel ou Hemingway, avec des explications en astérisque et réflexions personnelles agrémentent la lecture. Reste le dénouement final, la chute, (libre) sur une aire d’autoroute. D’une rapidité surprenante. L’intérêt de « Chute libre » vient aussi de la trame que l’auteur a su tisser et qu’il dénoue avec subtilité. Plus roman d’amour que polar. Premier livre à lire par des amateurs du genre qui ne seront pas déçus. Dans l’attente du second.

« Chute libre », roman de Stéphen Lamouille. La Bartavelle Editeur. 219 pages. 14 €.

Bernard SCHREIER

16 mai 2003

1re Foire en Beaujolais

Le Terroir à livres ouverts

Du 21 mai au 2 mai se tiendra, au ParcExpo de Villefranche-sur-Saône, la première édition de la Foire en Beaujolais. L’association Vague des livres en Beaujolais profitera de l’occasion pour faire découvrir la littérature de la région. Chaque soir, auteurs et public pourront se rencontrer pour discuter autour des livres.

Créée par le Comité caladois, la Foire en Beaujolais est une première du genre : généraliste, elle concerne des domaines aussi variés que le tourisme, les loisirs, ou encore l’artisanat en Beaujolais. Une véritable vitrine du dynamisme régional. L’association Vague des Livres en Beaujolais a donc tout naturellement trouvé sa place dans cette foire dédiée à la promotion de la région. Pour Didier Pré, président de l’association, il s’agit de contribuer à l’animation de l’association tout en montrant que le Beaujolais est aussi une terre de culture. Ainsi, tous les jours durant la manifestation, un stand, tenu par des bénévoles de l’association et les librairies associées (Develay, la maison de la Presse et Myrtille), accueillera les visiteurs. Ces derniers pourront trouver sur le stand des livres neufs mis en vente sur des sujets aussi divers que la région beaujolaise, le bricolage, la décoration, etc.

Des auteurs beaujolais se livrent

Le temps fort de la journée sera le café littéraire qui se tiendra chaque soir de 17 à 19 h.

Le public pourra rencontrer des auteurs d’horizons différents : du polar avec le juge Lambert ou Stéphen Lamouille, à la littérature jeunesse (Sylvie Chausse, Natalie Frey), en passant par des monographies régionales (histoire, gastronomie, tourisme). De l’auteur d’un premier roman comme Stéphen Lamouille, jusqu’à des auteurs nationaux comme Françoise Rey, le panel sera varié.

La manifestation permettra également à la Vague des Livres en Beaujolais de se faire davantage connaître auprès du grand public, et, pourquoi pas, susciter de nouvelles adhésions. Pour ce faire, des bulletins seront disponibles sur le stand. L’association accueille toutes celles et tous ceux que l’amour des livres rassemble. Alors, si vous êtes intéressés, n’hésitez pas à vous arrêter devant le stand de l’association. Il sera situé sous le chapiteau d’entrée, à l’angle de l’allée principale. Une occasion pour faire le plein de livres pour les vacances.

Foire en Pays Beaujolais, à ParcExpo, avenue de l’Europe, du mercredi 21 mai au lundi 25 mai.

Entrée : 6 euros.

Horaires : de 10h à 19h30 (nocturne jusqu’à 22h les vendredi et samedi).

11 avril 2003

Stéphen Lamouille

Un voyageur à la page

Certains voyagent dans leur tête, d’autres en vrai. Pour les loisirs ou le travail, peu importe. A chaque retour, les images et les aventures sont là, prêtes à être racontées.

Voyageur de commerce, Stéphen Lamouille mérite bien ce qualificatif, lui qui parcourt le bassin méditerranéen à longueur d’année. Dans le civil, il représente un important fabricant de cheminées. Aéroports, voitures, hôtels, en façade. Mais derrière ces êtres humains, des lieux, des histoires. Entre-temps, des heures qui s’égrènent au fil de transits et de correspondances multiples. Alors l’esprit vagabonde et des aventures s’échafaudent dans l’esprit de cet habitant de Lacenas, souvent loin de son coin de terre beaujolaise. Le crayon le démangeait, et puis, un jour, il a franchi le pas, encouragé par son épouse.

Un an et demi d’écriture en dilettante entre deux avions et c’est un roman d’amour qui, tout naturellement, a pris forme sous sa jeune plume. « Je mets beaucoup d’affectif dans ce que je vis » dit-il, même si le milieu des affaires dans lequel il évolue ne s’y prête guère. Mais chassez le naturel… L’empathie se lit sur son visage ouvert. Est-ce grâce à cette qualité qu’un éditeur (La Bartavelle – Charlieu) a accepté de s’engager avec lui dans cette « Chute libre » ? En tout, quatre ans ont été nécessaires pour donner corps à ce livre.

Dans ce premier roman, l’intrigue policière est rondement menée, le ton agréable à lire, Lyon, sa ville natale, sert de décor à l’action que l’on suit page à page avec un intérêt qui ne se dément pas. Par bonheur, une suite est en préparation. Le lecteur de S. Lamouille n’aura qu’à patienter un petit peu pour retrouver Stan et Alexandra… en Beaujolais peut-être. Car l’admirateur de Jeanne Bourin et Michel Peyramaure ne compte pas s’arrêter en chemin. « Je me suis découvert une passion » confie-t-il. « Le pouvoir de l’écrivain sur ses personnages est quelque chose de grisant ». De fait, on sent son plaisir à conduire leur destinée. A moins que ce soit l’inverse.

En tous cas, l’adjoint au maire de Lacenas n’est pas un homme à rester les deux mains dans les poches. Son carnet de notes n’est jamais loin, une nouvelle histoire en suspens.

Dédicace de son ouvrage le samedi 12 avril, toute la journée, à la Maison de la Presse.