On en parle

On en parle
Le chant envoûtant des clarines

De Lyon à Granier

La Tarentaise Hebdo

7 août 2014

Les livres ont fleuri

Place des vieux garçons

La place des Vieux Garçons s’appellera-t-elle le Jardin des livres ? C’est à croire, puisque, encore une fois, elle fut le théâtre, samedi 2 août, d’une floraison d’ouvrages que sept auteurs locaux avaient fait joliment pousser, à force d’amour, de patience et de talent.

Réunis en matinée de dédicaces à Aime, les auteurs ont pu échanger avec le public, intéressé par leurs secrets qu’ils soient historiques comme ceux de Philippe Pichot ou Stéphen Lamouille et Thierry Verron, qu’ils parlent de singularité d’une vie comme ceux d’Audrey Chevassu ou Lucien Spigarelli, ou qu’ils en appellent à une éternité d’amour après des deuils d’enfants, comme ceux de Jocelyne Digard ou de Danielle et Jean Berthier…

S’il y eut le temps des secrets partagés, il y eut surtout le temps de la fête, et comment n’en aurait-il pas été ainsi quand on sait qu’Yvon Rocca, directeur de La Tarentaise Hebdo, en était le maître d’œuvre, assisté de Marie-Paule son épouse ?

Une grande tente blanche avait été dressée, tables et chaises attendaient sagement les auteurs, ainsi que des cartons à leur nom, sans oublier les stylos ! Et c’cst dans la plus parfaite convivialité que se délièrent les langues, doucement excitées par un bon café. On craignait la pluie, mais Yvon Rocca lui avait interdit de tomber sur son jardin des livres, et comme Yvon semble avoir le bras long, elle l’écouta.

C’est Dan et son légendaire accordéon qui lancèrent la fête, avec des airs qui remportent toujours autant de succès. Ah, ce chapeau de Dan, comme on aime le voir arriver !

Si les choses les choses de l’esprit avaient droit de cité sur cette place, celles du corps n’avaient pas été pour autant oubliées, et un apéritif accueillait auteurs et public avec trois couleurs : blanc, rouge, rosé… Yvon a beau avoir le bras long, il ne put offrir un bleu, blanc, rouge !

Et le final fut à la hauteur d’une aussi belle matinée : autour d’une longue table, auteurs et amis se partagèrent un délicieux repas, animé par la voix talentueuse de Josette Milleret, de Villette, qui invita à notre table Piaf, Barbara, Johnny… On frissonnait d’émotion.

Il a cependant bien fallu se quitter, à regret, et en se disant qu’Yvon pensait déjà à une nouvelle fête clans ce jardin où il a fait pousser tant de belles choses.

17 juillet 2014

Une semaine un livre

« De Lyon à Granier » Chronique d’une fin de guerre

En ce temps de commémorations et du souvenir, voilà un beau livre qui vient à point nommé nous rappeler – ou nous faire découvrir – le courage et l’esprit de résistance qui animèrent les enfants de Granier. Pierre Ducognon, qui choisit à 17 ans de rejoindre le maquis, et d’autres qui suivirent le même chemin. Il faut d’abord rendre hommage aux élèves de l’école de ce village haut perché sur le Versant du Soleil qui, sous la houlette éclairée de leur professeur, Thierry Verron, font revivre, en se mettant à leur place, dans la fidélité et l’émotion, le vécu de leurs camarades, 70 ans plus tôt.

Des siècles et des siècles les séparent d’un poète grec, Hésiode (VIIIe siècle avant J.C.) qui avait magnifié, dans « Les Travaux et les Jours », la vie quotidienne. Cependant, par la grâce de leur sensibilité, ces enfants d’aujourd’hui sont bien les dignes héritiers du poète, à travers le chant profond d’une vie belle de toute sa simplicité.

C’est à Stéphen Lamouille, co-auteur du livre, que nous devons l’évocation douloureuse, dramatique, de la traversée de la guerre et de l’occupation qui a, pour personnage principal, le village de Granier.

Parce qu’ils ont refusé l’inacceptable certains, dont Pierre Ducognon, y laisseront leur vie.

Un tel livre, porteur de tant de richesses humaines, soutenues par d’émouvantes photographies d’époque, ne peut se résumer en quelques lignes. Il faut absolument lire ce témoignage, en prenant conscience qu’il représente une manière de viatique, une force essentielle qui nous est donnée, mais surtout une raison de ne jamais désespérer.

3 juillet 2014

Granier

LES ÉCOLIERS METTENT EN LUMIÈRE « LA SAVOIE DES OMBRES »

C’est au cœur de l’exposition « La Savoie des Ombres » des Archives départementales, à la salle des fêtes de Granier, que ce samedi 28 juin a en lieu une cérémonie toute particulière : la présentation par les élèves de 1’école de Granier de leur livre « De Lyon à Granier » chroniques d’une fin de guerre. Une réception en présence d’un public ému, d’Auguste Picollet, conseiller général du canton d’Aime, de Jean-Yves Dubois, président dc la Cova, et de Christian Duc, maire la commune, qui ont remis un exemplaire de l’ouvrage aux enfants.

Ce livre en deux parties, de 200 pages, retrace la vie quotidienne sous l’occupation à Granier, de septembre 1943 à août 1944, ainsi que la dernière année de vie de Pierrot Ducognon, mort aux combats du Siaix, partie écrite par l’écrivain lyonnais Stéphen Lamouille.

Le livre est disponible à La Tarentaise Hebdo, à Aime, au prix de 20 euros et peut être commandé sur le site de 1’école http://www.ac-grenoble.fr/ecole/granier/

Double trouble Chute libre