Les romans

Les romans
Le chant envoûtant des clarines De Lyon à Granier

Double trouble

Sous le sceau de la confidence, quelques anecdotes…

Le fait que certains héros de Chute libre puissent à nouveau se rencontrer n’était pas une simple affaire. Encore me fallait-il trouver un lieu exceptionnel : Moscou. Comme je l’ai déjà évoqué, cette évidence s’est révélée à la suite d’un voyage d’affaires en Russie en juin 2000.

Concernant les personnages, si Juta et Jürgen sortent intégralement de mon imagination, leur lieu de villégiature, Nuremberg, n’est pas un hasard : j’y ai séjourné en octobre 2000, finalement peu de temps après mon séjour à Moscou. C’est par ailleurs une période où j’ai véritablement appris à apprécier l’Allemagne, jusqu’à me forger efficacement à cette langue, d’où une partie de l’action qui a lieu là-bas. L’année 2000 m’a aussi amené à Budapest où, au-delà de mes affaires, j’ai succombé au charme du Danube, l’Intercontinental m’accueillait alors ! Quant à Sergueï, il est le sosie parfait de mon accompagnateur en Russie à l’occasion du déplacement évoqué. Son physique m’avait alors inspiré, et c’est tout naturellement que ce dernier a habité mon héros au moment où celui-ci naissait sous ma plume.

Quand je dis quelquefois que la fiction a en grande partie rattrapé la réalité, certaines situations en sont la parfaite démonstration. Par exemple, au cours des deux dernières années pendant lesquelles je me suis rendu à Moscou de manière soutenue, alors que le développement commercial en Russie constituait ma principale mission, j’avais, tout comme Stan, mon bureau à Moscou, et l’un de mes commerciaux s’appelait Sergueï…

Je terminerai ce chapitre par un clin d’œil à l’inconnue du vol Moscou-Francfort qui, au retour d’un déplacement là-bas en 2000, a inspiré toute la scène entre Jürgen et Alexandra dans l’avion…

Chute libre Les écritures en cours